En 2001 Valérie part vivre en Afrique, au Tchad. Elle y restera dix années. Elle découvre l’univers du travail du métal auprès des artisans tchadiens : fonte, Forge, découpe, filigrane…Des gestes qu’elle reproduira plus tard dans son atelier.

 

De retour en Europe, au Portugal,  Valérie suit une formation professionnelle de bijoutier à l’Ecole Contacto Directo puis au Centro de Joalharia de Lisboa et obtient son diplôme en 2014.

 

Elle installe en 2015 son atelier à Lisbonne, dans le quartier Alcantara, à Lx Factory, une ancienne imprimerie reconvertie en espaces dédiés aux créateurs, un lieu prisé des visiteurs internationaux.

 

L’atelier est situé en étage afin d´éviter les visites trop nombreuses et permettre de travailler sereinement. Les visiteurs curieux des beaux objets trouvent cependant le chemin de l’atelier-boutique.

photo credit : Lisbonbytlight

photo credit : Lisbonbytlight

Le processus de création

L’influence africaine est fortement présente dans le travail de Valérie. Les fines granules de métal sont toujours présentes, rappelant bien sûr pour beaucoup les bijoux antiques, mais essentiellement pour Valérie les bijoux africains.

 

Valérie n’utilise que très rarement la technique de sculpture du bijou dans la cire, elle ne travaille pas à partir de logiciel 3D et passe très peu par l’étape dessin. Elle imagine et créer chaque bijou en manipulant directement le métal.

 

Son travail est manuel et très lié, physiquement, au matériau.

 Chaque pièce prend forme petit à petit par la manipulation et la mise en forme progressive du métal. Une idée de base autour d’une gemme se modifie toujours au cours de la réalisation du bijou. Le bijou final diffère invariablement du projet de départ.

 

Ce qui permet à Valérie de trouver dans le travail du métal le lieu propice à sa créativité est la lenteur du processus, la nécessité de recuire, puis battre, puis de recuire encore le métal pour le mettre en forme. Ce rythme lent imposé lui donne le temps de penser l’harmonie et les détails du futur bijou qui prend forme peu à peu.

photo credit : Lisbonbytlight

L’argent et l'or 

Valérie a commencé par travailler essentiellement l’argent et créé des bijoux, des bagues pour l’essentiel,  aux dimensions généreuses.

 

Puis son travail a évolué vers des volumes de plus en plus fins, des bijoux  où chaque détail, chaque fine granule, chaque texture légère prend toute son importance. Alors la couleur de l’or jaune 19.2 carats traditionnel portugais s’est imposée. Cet or chaud, très proche de l’or tchadien, donne un caractère à la fois ancien délicat aux bijoux et permet, par contraste, une mise en valeurs harmonieuse des pierres de couleur.

Les gemmes

Valérie affectionne tout particulièrement les tourmalines. Elle aime la vaste palette de leurs tonalités et les inclusions souvent présentes dans ces gemmes. Couleurs et inclusions rendent chaque pierre unique.

Elle aime associer la douceur des cabochons à la luminosité pierres à facettes, jouer avec les camaïeux des tourmalines ou bien, au contraire, assumer les contrastes des rose et des bleus.

La granulation

 

Elle confectionne chaque granule et les soude une à une. Chaque granule est unique, le résultat recherché n’est pas la  perfection mais l’harmonie, la justesse.

 

Pour certaines bagues plus volumineuses les granules sont disposées en pluie jusqu’à former une mousse d’or ou d’argent.

 

Pour ses bijoux plus fins, le défi pour Valérie était de parvenir à souder une fine ligne de granules sur le serti des bagues ou sur de fines créoles, sans que ces granules ne soient maintenues par aucun support, comme en suspension.

Le résultat recherché est la simplicité et la légèreté du design.

photo credit : Lisbonbytlight

Les textures

 

Valérie ne polit que rarement ses bijoux, elle préfère jouer avec les matières.

Elle crée différentes finitions pour capter en douceur la lumière et  donner profondeur au bijou par des effets des contrastes.

 

Une texture réalisée à l’échoppe sur le serti apporte une douce luminosité autour de chaque pierre et met en valeur la douceur des cabochons.

L’anneau des bagues est le plus souvent poncé manuellement en croisant les striures sur le métal.

Les zones proches des granules sont poncées de façon uniforme afin d’obtenir une finition mate qui entre en contraste avec les fines granules qui sont, elles, toujours polies.

Les tranches de bagues sont elles aussi polies pour créer un contraste et assurer un confort optimal.

L’Harmonie

Chaque partie du bijou, chaque détail est pensé et réalisé avec patience pour créer volumes et contrastes, allier douceur et luminosité.

Sélection des pierres, mise en forme du métal, choix de la taille et de la disposition des granules, application de différentes textures…un long, patient et délicat travail de recherche d’harmonie des couleurs, des matières et des volumes